Site Loader

« S’il n’y avait pas de montagnes (de linge), les plaines n’apparaîtraient pas ».

Proverbe chinois

On en parle de l’angoisse de la corbeille à linge??? Depuis que j’ai des enfants, la gestion du linge a pris des proportions qui, soyons franches, frisent la psychose. Couches qui débordent, ribambelle de bodies et de maillots de corps, sorties au parc d’où les enfants reviennent aussi sales que fatigués, bavoirs qui rivalisent avec les plus belles oeuvres de Pollock, et j’en passe… la corbeille à linge n’en finit jamais de se remplir. Et je me demande parfois quand cela va s’arrêter, mais je vous épargne le suspense : jamais !!! Toutes les semaines reprendront de la même manière, sans fin… parce que, oui, il faudra malheureusement toujours s’habiller (put** d’Adam et Eve qui nous ont infligé ça pour une fout** pomme !). Alors sans prétendre vouloir révolutionner la galerie, voici ma routine assortie de quelques astuces glanées ici ou là qui vous aideront, je l’espère, à relâcher la pression face à la corbeille de linge.

Il n’y a pas si longtemps, j’en ai eu assez de subir ce harcèlement du linge (#balancetonlinge), et j’ai donc décidé de reprendre les choses en main. Je me suis d’abord demandée comment faire pour réduire le temps passé et la charge mentale liés à cette corvée. Bien sûr je ne prétend pas avoir LA solution miracle pour gérer le linge (je suis d’ailleurs en perpétuelle remise en question et perfectionnement sur le sujet) mais j’aspire plutôt à vous partager 2-3 “trucs” que j’ai pu expérimenter et qui m’ont semblé utiles. J’espère donc qu’en vous partageant ces astuces, cela vous facilitera la vie comme cela a facilité la mienne.

En préambule, sachez que nous vivons dans un appartement parisien à 4, que notre salle de bain fait environ 5m2 et que nous n’avons pas de buanderie. Donc, en plus de l’organisation, nous devons prendre en compte un paramètre “gestion de l’espace”. Ahh le charme parisien !

1. Gestion réaliste du linge sale

Règle n°1 pour ne pas se laisser débordé(e) par le linge : éviter d’avoir trop de linge à laver en optant pour une optimisation réaliste du linge sale. Evidemment, il n’est pas question d’habiller mes enfants avec du linge tâché, ma fille allant à l’école et mon dernier à la garderie. En revanche, je ne les change pas tous les jours si leurs vêtements ne sont (miraculeusement) pas tâchés. Voici donc les règles que je suis ordinairement, sachant que ces règles sont celles qui me semblent les plus justes et les plus adaptées à notre quotidien. Peut-être que certain(e)s ne s’y retrouveront pas mais c’est en tout cas le rythme qui nous convient le mieux.

  • Les pyjamas des enfants ne sont mis à la corbeille que 2 fois par semaine (s’ils tiennent indemnes jusque-là), hormis éventuelle fuite nocturne ; les nôtres sont lavés une fois par semaine.
  • Les bodies et maillots de corps tous les 2 jours environ
  • Les culottes/caleçons sont changés tous les jours bien sûr
  • Les manteaux ne sont lavés que s’ils sont tâchés
  • Les robes et pantalons peuvent être portés 2 ou 3 jours
  • Les draps, serviettes et torchons sont lavés 2 à 4 fois par mois environ (ça dépend beaucoup de ma motivation donc autant dire que c’est plus souvent 2 fois par mois que 4).

2. Minimiser le tri avant le lavage

Depuis que nous sommes 4, j’ai décidé de ne plus trier mon linge entre nos affaires et le linge des enfants. Avant l’arrivée de mon dernier, je séparais toujours notre linge avec celui de notre fille. Je trouvais cela plus hygiénique. Mais maintenant que nous sommes 4, je ne me voyais plus multiplier le nombre de machines. Désormais, je sépare seulement le linge blanc du linge de couleurs, ce qui me permet de faire deux lessives tous les 2 jours environ et de vider ainsi mon panier à linge. Pour celles qui travaillent et qui n’ont pas la possibilité de lancer 2 machines dans la même journée, cela équivaut aussi à lancer une machine par jour. Cette façon de procéder me demande certes toujours un tri, mais beaucoup plus rapide qu’avant où je devais distinguer blanc/couleurs, linge adulte/enfant.

Astuce : les corbeilles de tri. Certaines utilisent des corbeilles par type de linge : une corbeille pour le blanc, une pour la couleur, et cela peut se décliner à l’infini (linge délicat, lingé bébé…etc). Je trouve que c’est une super idée tant que l’on a la place dans sa salle de bain (ce qui n’est malheureusement pas notre cas).

3. Programmer ses machines

Je lance ensuite mes lessives selon mes disponibilités sachant que je veille toujours à ne pas laisser le linge traîner dans la machine plus de 2h environ (au risque sinon d’avoir un linge qui sent l’humidité). La plupart du temps, je programme donc mes machines, le plus souvent la veille au soir pour ne pas avoir à y penser le matin où c’est déjà le rush.

Ma machine étant une lavante-séchante, je lance un programme complet pour le linge qui passe au sèche-linge (draps, torchons et serviettes de bain principalement) entre 2 et 4 fois par mois selon mon énergie du moment. Les draps et serviettes sortant secs de la machine, je les plie et les range directement à la sortie de la machine.

4. Etendre le linge “par membre de la famille”

N’ayant pas beaucoup de place à la maison (appartement parisien oblige), je ne fonctionne pas avec des panières par personne ce qui, encore une fois, est une très bonne idée pour ceux qui ont la place de stocker 4 panières différentes chez eux. Je sors donc mon linge de la machine en tas, et je l’étends en veillant à le répartir par personne sur chaque étage de mon étendoir (ça tombe bien, celui-ci en a 4 !) : un étage pour ma fille, un pour mon fils, un pour mon homme et un pour moi. Il s’agit de l’étendoir Mulig de chez IKEA dont je ne déplie qu’un seul coté par souci de place (et c’est amplement suffisant pour nous 4 !).

5. Plier mon linge par membre de la famille

Une fois que le linge a séché, c’est souvent au même moment que se termine ma seconde machine de la semaine (généralement 48h après). Lorsque j’apporte mon tas de linge mouillé dans la salle de bain, j’en profite alors pour plier mon linge sec. Je retire le linge par étage : d’abord celui des enfants en général, en pliant ET en rangeant le linge au fur et à mesure.
Pour vous donner un aperçu :

  • je commence par retirer le linge de ma fille
  • je le plie directement dans la salle de bain en faisant un tas par catégorie de vêtements : sous-vêtements, pyjamas, pantalons, robes…etc, en respectant la répartition prévue dans les tiroirs de sa commode.
  • Une fois son linge plié, je le range directement dans sa chambre.
  • Puis je passe à mon fils, et ainsi de suite.

L’avantage de procéder ainsi est que je range immédiatement le linge, évitant ainsi de laisser le linge traîner dans la corbeille de linge propre/à repasser. Avant d’utiliser cette méthode, cette corbeille croulait régulièrement sous le linge à ranger et rien que sa vue me donnait la nausée. Désormais, je me sens moins “dépassée par la montagne” si vous voyez ce que je veux dire.

L’autre avantage est que le pliage du linge est beaucoup moins fastidieux puisque j’ai beaucoup moins de linge à plier à chaque fois et ma charge mentale en est allégée puisque la tâche est évacuée au fur et à mesure. Je fais certes 4 allers/retours mais notre appartement n’étant pas bien grand, ce n’est pas très fatiguant.

Astuce pour les grands espaces : je vous recommande d’utiliser des panières à linge en veillant simplement à garder la répartition de votre linge par personne et par catégorie de vêtements dans votre/vos panière(s).

6. Rangement du linge par catégorie

En ce qui concerne le rangement du linge, comme je vous le suggérais précédemment, j’organise nos commodes par catégorie de vêtements. Ma fille a 2 petites commodes dans lesquels j’attribue une catégorie de vêtements à chaque tiroir : robes, sous-vêtements, pyjamas…etc. Pour mon fils et nous, nos affaires sont rangées dans des commodes classiques qui comportent donc moins de tiroirs. J’ai donc réparti les affaires par catégorie : d’un côté les pantalons, de l’autre les bodies, les pyjamas…etc.

Pour les affaires de chacun, j’utilise une technique de la méthode Kondo : je “roule” chaque vêtement en le pliant en 3 et en veillant à ce que le vêtement ne soit pas trop large pour avoir la pleine visibilité de toutes les affaires disponibles. Cela me permet :

  1. d’évaluer plus rapidement les éventuels vêtements qui me manquent et que je dois acheter ;
  2. de gagner du temps pour le choix des tenues.
  3. de gagner beaucoup de place dans mes tiroirs

7. Repassage une fois par semaine

Pour ce qui est du repassage, j’utilise un panier dans lequel je glisse principalement les chemises de Monsieur (5 par semaine tout de même!), et autres vêtements qui nécessitent d’être repassés (attention, je ne repasse quasi jamais les affaires des enfants sauf vêtements qui seraient vraiment trop froissés).

Pour éviter que le linge à repasser ne déborde à son tour, j’essaie autant que possible de repasser le linge une fois par semaine, en général devant le film du dimanche soir 🙂 Cela me permet ainsi de commencer une nouvelle semaine plus sereinement en évacuant la corvée linge chaque semaine.

Bilan : je m’occupe donc du linge 3 fois par semaine environ, sans compter le lavage des draps qui eux ont un traitement à part. La corvée du linge me mobilise environ 3 fois 20 minutes par semaine soit 1h au total, ce qui me semble être aujourd’hui un vrai succès ! En effet, avant j’y passais peut-être un petit peu plus de temps seulement mais pour un ressenti x1000 en terme de charge mentale!

Bien sûr, il y a mille façons de gérer son linge, et je ne prétends pas que celle-ci soit optimale, mais c’est celle qui me convient, et c’est déjà bien, non? Et vous, c’est quoi votre routine ?

Je vous embrasse

Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Profil

Qui suis-je ?

Je m'appelle Géraldine, je suis née en 1983, et je suis la maman de deux adorables bambins : une fille née en 2016 et un garçon né en 2018. Après quelques années en marketing, j’ai découvert la maternité avec ses joies et ses galères, et je dois bien avouer que...: j'ai été littéralement soufflée par l'onde de choc...